La chanson marocaine entre authenticité et modernité

Subtil équilibre entre traditions et modernité, authenticité et ouverture la musique marocaine à l’image du pays symbolise le parfait accord entre les diverses influences culturelles. Restant liée à son histoire légendaire, la chanson marocaine reçoit avec enthousiasme les nouvelles tendances, au rythme de nos musiciens qui portent leur art vers une mosaïque universelle de mille et unes sonorités.
La chanson marocaine a marqué une véritable rupture dans un paysage musical rythmé par la musique andalouse, le melhoune ou autre « aïta ».
L’engouement pour la musique marocaine a été accentué par les événements historiques dont elle reste en quelque sorte « la bande originale » comme la marche verte, et la fête du Trône exaltant par là la fibre patriotique. Portée par des passionnés pour la grande majorité autodidactes, cette musique était plutôt spontanée.

Le Maroc connait sa période contestataire des années 1960 aux années 1980 avec le groupe Nass El Ghiwane, qui donnera naissance à son propre mouvement. Jil Jilala et Lemchaheb suivront le groupe phare de cette période rebelle. Le style ghiwane mené entre autres, par Larbi Batma, Boujmiî et Omar Sayed est né : un genre qui scande les chants. Ce style est aujourd’hui considéré comme un genre à part entière, étiqueté musique du monde.

Expressions culturelles plurielles, elle est l’essence même d’une quête absolu : traditionnelles ou actuelles, savantes ou populaires, sacrées ou profanes, rurales ou urbaines, nos musiques écoutent autant qu’elles se donnent à écouter, et de nouveaux talents attendent d’être révélés.

 

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Don't have account. Register

Lost Password

Register