Reconstitution de la prière du vendredi à Al Hoceima

Vendredi, Nasser Zafzafi a interrompu une prêche de l’imam de la mosquée Mohammed V, au milieu de la prière. Ses supporters accusaient l’imam d’être un imam du Makhzen, à la solde des « Sultans », c’est-à-dire du Palais et de dénigrer le mouvement Hirak. Qu’en est-il ?

Vendredi, veille du Ramadan, le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dirigé par Ahmed Toufik, distribue aux 80 imams du vendredi à Al Hoceima et ses alentours, le texte d’une prêche intitulé: “La sécurité est une bénédiction“.

L’imam commence: “Parmi les plus grandes bénédictions de Dieu sur l’homme, la bénédiction de la sécurité, de quiétude, de la tranquillité “. L’imam cite le Coran, pour dire que Dieu est la source de toute bénédiction et qu’il doit en être loué ».

L’imam ajoute que “la plus grande bénédiction est l’Islam lui-même. Et que la sécurité fait également partie des bénédictions de Dieu. Et que le Maroc vit dans la quiétude et la sécurité, contrairement à d’autres pays de la région“.

“L’existence de ces bénédictions dont Dieu a doté le Maroc ne signifie en aucun cas l’absence de manquements, d’insuffisances ou de dépassements. Ni qu’il n’y a pas de volonté de réforme. Ni qu’il ne faut pas demander des améliorations“.

L’imam reconnaît donc que le Maroc n’est pas un pays où l’exception règne mais où il existe une différenciation par rapport à ses voisins.

L’imam évoque alors la méthode pour demander de “lever les injustices, corriger les erreurs“, en vertu de la voie du Prophète. “Le vrai croyant ne part pas d’appels anonymes lancés sur Internet, ne s’enflamme pas d’une manière inconsidérée, ne regarde pas uniquement les erreurs“. Il cite le coran : “Ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction“.

“Il faut éviter la Fitna (discorde). Rien dans la religion ne permet ni ne justifie la destruction des biens… L’appel à la désobéissance, les troubles, par le mensonge, la falsification, est condamné par le Prophète lui-même. Il faut s’assurer des informations avant de réagir“.

C’est plutôt cette dernière déclaration qui a suscité la colère de Zafzafi car malgré des revendications sociales légitimes, le mouvement à tendance à mélanger tous les sujets et à perdre en pertinence et cohérence. En effet, le mouvement est apolitique et ses revendications sont larges et peu claires. Lorsque Mouhcine Fikri était décédé : les citoyens réclamaient une meilleure transparence de la justice, que les coupables paient et un renouveau économique. Par la suite, après la réponse du gouvernement, le mouvement Hirak a dévié, cette fois-ci, sur la militarisation imposé par un dahir de 1958.

Il s’agit d’un mensonge car, premièrement, ce dahir a été abrogé en 1959. Deuxièmement, la malhonnêté était d’autant plus flagrante que les membres du mouvement utilisait ce prétexte pour faire croire que seul le Rif était une terre rebelle au Souverain et qu’il y’a une politique raciste anti-Rif exercée par le Palais Royal. Ceci est également faux car plusieurs villes étaient concernées et pas des moindres : Rabat, Casablanca, Meknès et Fès. Pourtant, Fès est l’une des villes connues pour sa grande proximité avec le pouvoir et la grande bourgeoisie du Royaume.

Des citoyens, supporters du mouvement, sont venus le prévenir que l’imam prononçait un prêche sur la Fitna et cela l’a mis fou de rage.

Zefzafi rentre dans la mosquée Mohammed V et interrompt violemment la prêche de l’imam. Certains fidèles sortent de la mosquée tandis que d’autres restent pour écouter le leader du mouvement Hirak. Ces dires sont-ils corrects ?

  • Il accuse les imams de lancer des fatwas sur les étrangers promouvant la prostitution et le viol des mineurs. Faux, il s’agit d’un laxisme judiciaire généralisée contre ces phénomènes.
  • Il accuse le gouvernement marocain de piller les fonds de l’Etat et du peuple pour financer Mawazine. Faux, depuis 2012, il s’agit d’investissements privés.
  • Le ministre de la Communication : Khalfi est le porte-parole d’un gang et prend des psychotropes et des comprimés (karkoubi). Quelles sont les preuves concrètes que Zafzafi peut donner ?
  • Les imams vont conduire le Maroc à un bain de sang

Se rendant compte qu’il a commis un délit, Zefzafi s’enfuira de la mosquée avec l’aide de ses supporters qui iront affronter les forces de l’ordre. Son arrestation est annoncée à 6 h du matin (heure locale) et son transfert s’est correctement déroulé au siège de la BNPJ à Casablanca.

 

 

Mohammed Tabit389 Posts

Directeur technique du groupe discovery morocco.Entrepreneur web et dévelopeur marocain.

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Don't have account. Register

Lost Password

Register