Sebta et Melilla, what else ?

Sebta et Melilla, what else ?

« Le drame du Maroc, c’est de n’avoir pas eu affaire à un seul colonisateur, mais à deux : les Espagnols et les Français. »

C’est par cette citation de Feu Hassan II, que nous pouvons introduire la question de l’intégrité territoriale marocaine, toujours en gestation, lentement mais sûrement. La question de l’intégrité au Maroc est difficile, par son passé historique et sa grandeur d’Etat nation ancien. Contrairement aux autres colonies africaines, le Maroc était un puissant empire qui a dominé le continent durant plusieurs siècles. Néanmoins à ce jour, le Sahara est disputé par des ingrats, alors qu’il est un territoire ancestral et lié historiquement avec le Maroc. Mais aussi Sebta et Melilla, deux enclaves sous occupation espagnole aujourd’hui, sans compter des îlots et îles au large des côtes marocaines.

Ville de Sebta.

Sebta se situe au nord-ouest du Maroc à quelques kilomètres de Tetouan. Elle a été un comptoir fondé par les phéniciens avant de devenir une cité de la Maurétanie Tingitane (ancêtre du Maroc actuel). La Maurétanie Tingitane tombe entre les mains des romains puis une bonne partie du nord sous l’influence des wisigoths ibériques (en 624 pour Sebta).

La ville est reprise par les musulmans en 709 par les mérites des Omeyyades, avant le soulèvement des autochtones amazigh du nord marocain. En 789, la ville intègre l’embryon de l’Etat marocain sous le règne de la dynastie des Idrissides, avant la naissance de l’Espagne. La ville resta marocaine jusqu’à la chute de la dynastie Idrisside (931-985).

Il aura fallu attendre la prise de pouvoir du très célèbre Sultan marocain Youssef Ibn Tachfin pour unifier le Maroc et reprendre la ville, en 1084. Sebta resta à cet effet durant environ deux siècles sous le commandement des marocains.

La situation va se compliquer lorsque sous la dynastie des Mérinides, le Makhzen sera fragilisé par l’instabilité politique des sultans (règne des vizirs, révoltes populaires etc.), le Portugal profite de la situation pour s’emparer de plusieurs villes marocaines dont Tanger et Sebta. Lors de la fondation de l’État nation espagnol en 1469, les deux pays chrétiens se partagent mutuellement des possessions. Un siècle après, le Sultan marocain Ahmed Al Mansour anéantit les forces portugaises au nord du Maroc tuant sur le champ de bataille, le roi de Portugal. Une bataille a eu lieu entre le Portugal et l’Espagne, ce dernier a su s’emparer du pouvoir au Portugal et donc récupérer de facto les possessions portugaises au Maroc dont Sebta.

Un siècle après c’est le Sultan Moulay Ismail, qui tentera de récupérer et de chasser les espagnols et portugais du Maroc. Mais il meurt avant de pouvoir récupérer Sebta. Il réussit néanmoins à récupérer Larache, Tanger ou encore Assilah. Après sa mort, le Maroc rentre dans une guerre de succession entre les différents fils du défunt Sultan, de quoi provoquer la destruction des acquis, un retard considérable etc.

En 1859, le Maroc affronte l’Espagne suite à l’extension et aux provocations à l’égard des jbalas et des rifains. Le Sultan Mohammed IV décide alors de faire payer le prix aux espagnols. Mais le faible développement de l’équipement et des armes au Maroc, poussent les espagnols à occuper Tetouan et à exiger du Maroc de lourdes indemnités et les menaces de s’emparer de Tanger.

La seconde enclave à Melilla connaît le même scénario, sauf pour la guerre, puisque lors des attaques à répétition des tribus marocaines, notamment lorsque le rogui bou hmara a vendu des terres aux espagnols, le Makhzen échappe de peu à une guerre avec les ibériques.

Durant le protectorat de 1912, le Maroc se retrouve divisé en plusieurs morceaux, le sahara devient une colonie espagnole au même titre que l’extrême nord du Maroc. Tandis que le centre et une partie du nord se trouvent sous protectorat français. Pour accéder à son indépendance, le Maroc a dû ouvrir les négociations avec l’Espagne et la France.

De même les îles, au large des côtes marocaines, la plupart sont des occupations récentes, n’ayant aucun fondement historique ni juridique lié à l’Espagne. Il s’agit donc de dernières colonies sur le sol africain.

Le Maroc revendique toujours le retour des enclaves et des îles sous sa souveraineté, mais le dossier du sahara reste actuellement le premier sujet pour le Maroc, qui s’occupera des présides occupés, en temps et en heure. L’ancien Président du Gouvernement marocain Abdelillah Benkiran avait dit à ce titre qu’un jour le Maroc et l’Espagne seront obligés de remettre sur la table la question des enclaves et des îles.

En attendant les négociations, le Maroc est en train d’asphyxier économiquement les deux enclaves avec de nombreux chantiers permettant de faire de l’ombre aux deux enclaves.

 

 

 

 

Samy .A83 Posts

Étudiant en science politique, droit et spécialiste de nombreuses questions marocaines. Animateur chez Radio Atlas et journaliste chez Discovery Morocco.

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Don't have account. Register

Lost Password

Register