Résultats des élections: pas si mal que ça pour le Maroc ?

o-trumphassan-570

Hassan II en compagnie de Donald Trump, au Plaza Hotel de New York en janvier 1992.

New-York (ETATS-UNIS D’AMERIQUE) — A l’annonce des résultats des élections présidentielles américaines du 8 novembre 2016, de nombreux Marocains ont été déçu de ces dernières: une étude menée par le journal arabe Al-Arabiya a montré que le Maroc fut le pays de la région MENA supportant le plus Hillary Clinton, avec 78% d’opinion favorable pour la candidate démocrate.

Ce résultat n’est définitivement pas surprenant: les liens liant la famille Clinton et la dynastie Alaouite date, à ce jour, de plus d’une vingtaine d’année. En effet, dès la fin des années 90, Bill, Clinton et Chelsea, leur fille, furent invités par feu sa Majesté le roi Hassan II à découvrir le Sud marocain. Avec la mort du Roi, les relations avec le Roi Mohammed VI ont continué d’exister, en témoignent la multitude d’e-mails déclassifiés sous l’ère Obama, montrant ainsi la proximité des deux familles.

« Le Roi considère la Secrétaire comme un membre de sa famille et veut lui faire savoir à quel point il est reconnaissant du temps qu’elle consacre à la délégation marocaine. » — Beth Jones,  en charge du bureau du Proche-Orient au sein du Département d’Etat.

Les Marocains, politiciens ou non, auraient pu donc penser que celle qui aurait pu être la première présidente de la première puissance mondiale ait adopté une politique étrangère positive pour le Maroc, principalement sur la question du Sahara marocain. Néanmoins, cela serait sans compter sur l’appartenance politique de l’ex-First Lady.

En effet, cette dernière représente le parti des Démocrates, dont l’obsession pour les droits de l’Homme a causé de nombreux soucis pour le Maroc, en témoignent les derniers froids diplomatiques avec l’administration Obama, en 2013 puis en 2016. Dans l’autre sens, les relations Maroc – Etats-Unis ont connu leur meilleur relation lors de la présence d’un président républicain, accordant moins d’importance aux concepts de droits de l’Homme et de liberté d’expression. Un exemple révélateur de la situation, est le fait que les Etats-Unis furent la source primaire d’armement du Maroc lors des conflits armées opposant les Forces Armée Royale au Polisario. En effet, le pays d’Abraham Lilcoln a apporté la majorité du support aérien à la Force Royale Air, une aide qui s’avéra cruciale dans l’issue de la guerre: Le Polisario commença en effet à utiliser des armées soviétiques, tel que le missile sol-air SA-6, et qui permit de s’opposer à forces égales à l’armée de l’air marocaine qui fut en croissance constante.

Même s’il est évident que l’aide américaine n’était pas gratuite, car le Maroc devait acheter l’armement, sans arrière pensée, car Reagan souhaitait avoir un allié de taille en Afrique du  Nord, pouvant soutenir la Rapide Deployment Joint Task Force depuis la région, rendant ainsi le Maroc un allié stratégique. Néanmoins, l’aide américaine a toujours un impact de nos jours: la Force Royale Air est le corps militaire le plus puissance d’Afrique dans son domaine.

De l’autre coté, Jimmy Carter, le président démocrate, souhaitait limiter la vente d’armes au Maroc, ce qui causa une phase froide entre les deux pays. De façon générale, le Maroc s’est toujours mieux entendu avec les Républicains et les conservateurs. La majorité des Républicains au Congrès et au Sénat peut donc être vu comme une bonne chose pour le Maroc.

 

Mohammed Tabit389 Posts

Directeur technique du groupe discovery morocco.Entrepreneur web et dévelopeur marocain.

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Don't have account. Register

Lost Password

Register